fr Copyright 2017Claude Meunier, tous droits réservés. Claude Meunier / publications http://www.claude-meunier.com <![CDATA[Paris n'est pas ce qu'il devrait [Poésie. Ed. de l'amandier][pdf]]]>

Par chez nous, c’est pourtant facile à comprendre, on ne compose que des itinéraires,
on n’écrit qu’avec ses pieds.
La nature se tait (rien à dire, ce qui l’occupe beaucoup, la nature, et nous avec)
seule la ville parle
(et mieux encore, toute les langues : le poldève et l’ouzbec)
(et mieux encore, de Paris le seul bon bec)
seule la ville écrit
on ne lit donc qu’en ville,
c’est pourtant facile à comprendre.
Dans ces conditions, le poète est une sorte de porte-enseigne, le genre
de type à trouver que, quand on passe de la rue de Léningrad à la rue
de Madrid, ça se réchauffe, vous voyez ce que je veux dire.
À s’engager de dos rue des Reculettes, pour voir, pour rire (c’est un
des effets appréciables de la poésie que d’éprouver cette sorte
d’amusement). À chercher des pissenlits rue Racine. À relever dans
ses livres et plans que la rue de Léningrad s’est poussée du col, elle
aussi, changée en rue de Saint-Pétersbourg. On voit bien que le
désappointement guette notre poète arpenteur des noms de la ville.
Déception ! Spleen ! Zone ! Regrets !
On voit bien que Paris n’est pas ce qu’il devrait.
cm

http://www.claude-meunier.com/publications-7-6/Paris-n-est-pas-ce-qu-il-devrait-Poesie-Ed-de-l-amandier-pdf.html]]>
http://www.claude-meunier.com/contenu-rss-7-6/Paris-n-est-pas-ce-qu-il-devrait-Poesie-Ed-de-l-amandier-pdf.html Wed, 21 Dec 2011 21:27:46 GMT
<![CDATA[Petit abécédaire du rire et de ses environs [Seuil][pdf]]]>

extrait de la préface de Paul Fournel, président de l'OuLiPo : "....si l'objectif clair de Meunier est de se débarrasser la tête d'encombrants qui la saturent, l'objectif du lecteur est de dessiner de A à Z un paysage mental qui est parfois le sien et le plus souvent un autre. Qu'à donc Meunier dans la tête ? A quoi pense-t-il quand il ne pense pas et que les souvenirs affluent ? A travers les exercices d'admiration on devine ses maîtres, à travers les devoirs d'exaspération on devine ses haines et ses griefs, à travers ses légèretés on devine ses goûts profonds. Avec l'alphabet on se demande en fin de compte si Meunier n'aime pas tout simplement la langue et les hommes qui l'écrivent et qui la lisent. On se demande."

http://www.claude-meunier.com/publications-7-7/Petit-abecedaire-du-rire-et-de-ses-environs-Seuil-pdf.html]]>
http://www.claude-meunier.com/contenu-rss-7-7/Petit-abecedaire-du-rire-et-de-ses-environs-Seuil-pdf.html Fri, 06 Jan 2012 18:32:07 GMT
<![CDATA[Promenoèmes, Éditions QazaQ, 2015.]]>
...on remarquera de plus que la situation de ces baladextes survient au deuxième quatrain, c’est la règle (règle et promenade : toute déambulation est un itinéraire, même la plus incertaine et la plus floue), suffit de retomber sur ses pieds. A ce moment du promenoème, il convient en effet d’expliquer et de caractériser le premier quatrain qui, lui, fait état d’une perception et de sentiments plutôt flous et fatigués, distants. Premièrement, du vague, et deuxièmement histoire-géo, pour résumer et hâter le commentaire...

...on remarquera également que le promenoème traite ordinairement du temps qu’il fait, sorte de météo sentimentale, et de l’état du ciel, et de l’écoulement des fleuves. Il pleut, il nuage, il vague ; des quais, des écluses, des ponts. Quelques uns de chemin de fer. Des gares...C’est la première des contraintes de ces formes fixes : une contrainte de tonalité, dans les gris ; ça bruine, ça flotte, c’est aérien. S'il pleut aussi souvent dans la poésie c'est que, voyez-vous, depuis le Purgatoire (XVII, 25) de Dante, l'imagination à partie liée avec la pluie : ' ...poi piovve dentro all'alta fantasia...' (que Calvino propose de traduire par : '...puis dans ma haute imagination tomba comme une pluie...')

...on remarquera ensuite que ces promenoèmes sont plutôt de forme 'assez fixe'. Y'a du jeu dans les boiseries, comme on dit, mais enfin, ça fait toujours un peu comme ça : trois fois quatre vers, mais de longueur variable, pour commencer, avec les variations tonales qu'on vient de voir. Puis un commentaire verlibriste où jraconte ma vie, accrochée au décor pluviatile par quelque souvnir gazeux. Et coda de deux lignes pour finir, qui fait entendre une musique plus aigrelette. Du fifre...


...on remarquera que ces Séances
sont marqués par la souvenance,
(et que ça rime).
Séances ? Les promenoèmes ont tous été écrits à partir des notes prises au cours des trajets, avant ou après, qui m'ont conduit autour de chez mes psychanalystes. Je ne sais pas si ça ajoute à la bonne compréhension de la promenadoésie, mais bon, on ne sait jamais, flottement pour flottement...

...on remarquera enfin que ce genre de préface, placée avant, est à lire après...

                                                                                                         claude meunier
Édition numérique, qu'il convient d'ajouter au panier, comme on dit...



http://www.claude-meunier.com/publications-7-15/Promenoemes-Editions-QazaQ-2015.html]]>
http://www.claude-meunier.com/contenu-rss-7-15/Promenoemes-Editions-QazaQ-2015.html Thu, 03 Sep 2015 08:51:01 GMT