derniers poèmes de toute sorte

cavalerie rouge

cavalerie rouge                  bravoure amère             Russie monstrueuse
                                           sang humide
shtetl ruiné                     Zbroutch silencieux               jeune shabbat
                                            tête brûlée
tatchanka camouflée      noblesse polonaise                 traitres cosaques
                                         cadavre dévêtu 

                                    la tranquille Volkynie
                                            serpente
                                    elle s'éloigne de nous
                                         dans la brume
                                             nacrée
                                             des bois
                                         de bouleaux


juif égorgés                       Cavalier rouge                     Talmud moisis
                                        viande verte

 

sombre empire



s’assombrir attendre
baisser un peu l’abat jour s’assombrir
veiller s’assombrir
sans s’éteindre
(c’est toute la difficulté, croyez-moi)
sans sombrer
(cupio dissolvi : péché d’orgueil, trust me)
à boud souffle
à boud souffle
on ne peut pas souffler sur les braises
(ça ferait trod lumière, croyez-moi)
non
s’assombrir
s’assombrir
attendre préparer avec précaution
quelques instants de petit bruit
bruit de rien peud de lumière
surtout ne pas faire d’étincelles
faible lueur s’assombrir
s’obscurcir sombre empire

et on verra bien

 

abandon

tout le monde abandonne
tout le monde





abandonne









tout le monde












abandonne,
puisque tout le monde abandonne

 

j'invoque les séances comptoir

J’invoque les séances comptoir
où le temps s’arrête suspendu au bar
attendre/compter patientar/racontar
ça a toujours compté ces histoires

c’est que je suis au café encore au café encore au café
ici ou là ailleurs partout toujours et          pas un jour
où j’y suis pas été de ma vie                   pas un jour
toujours là pas un jour sans comptoir sans journaux sans café

tut rend compte t’en tiens pas compte tu comptes
là dessus sur cette vie de souvnirs de bistrot rade troquet
et mon vice récent j'y fais des mots croisés à quoi j’ajoute
les serveuses à tablier blanc qu’on dégrafe qu’on dénœunœute par derrière

j'étais je reste le fils du bistrot je les connais tous tous les habitués tous les familiers déjetés tous les patrons zétrones tous les billards tous les babyfoot les flippers les quatre-vingt-et-un je les connais n’en suis jamais parti jamais quitté cette musique ritournelle refrain de cette vie de bistrot troquet café

sans compter l’instrumentation : lavette plateau pression sous-bock sciure et sandwiches (en ce temps-là la (lala) question du e anglomane se posait encore)

 

ongles rongés

ongles rongés                mains fines               douleur tenace
                                    stigmates rougis
longimane blessé     égratignures légères      mains rongées
                                 marques sanglantes
douleur précise          mains anxieuses           plaies fines
                                 blessures rouillées

                                     on parlait alors
                                     des stigmates
                                       physiques
                                     et psychiques
                                   des dégénérés
                                 des stigmates rongés
                                  de mes mains fleurs

cruauté attentive        longimane inquiet          douleur légère
                                  rougeurs rongées