derniers poèmes de toute sorte

d'une voix

d’une voix naphone
qui se souvient des
raillements

d’une voix agrave
qui se souvient des
trébuchements

d’une voix tone
d’une voix

d’une voique assez
qui se souvient d’en avoir
précisement

d’une voix dérouée
d’une voire hauque
d’une voilée
qui se souviennent des
voilements

d’une voix tone
d’une voix

d’une voix sourde
(air rentendu)
qui se souvient des
secrètement

d’une voix nante,
très nante
qui se souvient des
lentement

d’une voix tone
d’une voix

d’une voix cailleuse
d’une voix de gomme
d’une voix rouée
qui se souviennent des
arrachements

d’une voix pulcrale
qui se souvient des
bruissements

d’une voix tone
d’une voix

d’une voix lasse
qui se souvient des
lassement

d’une voix verneuse
(et siphoneuse )
qui se souvient des
empêchements

d’une voix tone
d’une voix

d’une voible anche
qui se souvient des
évanouissements

d’une voique reuse
d’une voix teinte
d’une

qui se souviennent des


hésitements

 

ancient mariner

ancient mariner           barbe grise               oeil brillant
                                main décharnée


skinny hand                loud basson              slopping mast
                                 mariner’s hollo

lèvres rouges             cheveux jaunes           peau blanche
                                  albatros mort

                                      la Mort
                              et la Vie-dans-la-mort
                                        jouent
                                     l’équipage
                                      aux dés

lèvres noires                horrible soif                lèvres rouges
                                   marins morts

 

...

merci
de rien





de rien

 

cavalerie rouge

cavalerie rouge                  bravoure amère             Russie monstrueuse
                                           sang humide
shtetl ruiné                     Zbroutch silencieux               jeune shabbat
                                            tête brûlée
tatchanka camouflée      noblesse polonaise                 traitres cosaques
                                         cadavre dévêtu 

                                    la tranquille Volkynie
                                            serpente
                                    elle s'éloigne de nous
                                         dans la brume
                                             nacrée
                                             des bois
                                         de bouleaux


juif égorgés                       Cavalier rouge                     Talmud moisis
                                        viande verte

 

sombre empire



s’assombrir attendre
baisser un peu l’abat jour s’assombrir
veiller s’assombrir
sans s’éteindre
(c’est toute la difficulté, croyez-moi)
sans sombrer
(cupio dissolvi : péché d’orgueil, trust me)
à boud souffle
à boud souffle
on ne peut pas souffler sur les braises
(ça ferait trod lumière, croyez-moi)
non
s’assombrir
s’assombrir
attendre préparer avec précaution
quelques instants de petit bruit
bruit de rien peud de lumière
surtout ne pas faire d’étincelles
faible lueur s’assombrir
s’obscurcir sombre empire

et on verra bien