naissance de quelques personnages

paul daive

voici venir
à chval

le prince
à chval

paul daive
à chval

lunaire
à chval

rêveur
à chval

il chute
de chval

héritier
à chval

putatif
à chval

d'un gentil
à chval

royaume
à chval

tant
à chval

et si bien
à chval

qu'on fonde
à chval

bientôt
à chval

un ordre
à chval

PaulDaive
à chval

regroupant
à chval

réveurs       putatifs       lunaires      cadutés      stylés     (pré-communistes ?...mmmm....non.)    mais princes tombés du ciel
à chval

 

immacolata van de kaa

voici venir Immacolata van de Kaa
en vélo
elle descend du chaa
teau

et quand elle passe devant la maison     je la suis je la suis de près                  je lui tète la roue en vélo         et fixe sur sa selle l’endroit où son cul et la selle pollinisent la campagne alentour                   l’endroit où frotti frotta m ‘émeuvent la selle et le cul d’Immacolata van de Kaa

ah le cul serré d’Immacolata dans un petit cuissard ah qui la maintient bien sur sa selle sans déborder en place Immacolata la belle Immacolata que je suis de très près en descendant au village ah

elle ne m’a pas vu elle ne m’a jamais vu toujours je quitte sa route avant le village et tourne vers la rivière        elle poursuit seule elle se croit seule            seule Immacolata, dont le petit cul serré pollinise
embaume et irrite
la campagne alentour

 

somebody in boots

voici venir somebody, somebody in boots
c’est Cass, je le reconnais, Cass Mc Kay qui déboule de la grande dépression ; il déboule du Sud ; il vient de loin ; il va tout nous dire, le wandereur, le trimardeur, Cass, il a tout vu, il vient de loin,

et son ami
l’accompagne
coco
noir
Bill Doak
et son amie Norah Egan

ils vont tout nous dire
allez...laissez les parler...
ils vont tout nous dire,
ils viennent de loin,


voici venir le vieil Algren, juif errant qui déboule de Pologne, communiste, joueur et toute sorte de bonnes choses ; il va tout nous dire, il a tout vu, il vient de loin voici venir somebody in boots,
somebody in boots
somebody in boots.

 

pluvia-t-il ?

Ça s’passe en ville, la nuit ; il pleut. Et le pavé est bien obligé de briller, vous voyez l’genre...
Passe un réverbère, qui titube ; et s’immobilise enfin ; la lumière chancelle, vous voyez l’tableau...
Et, très à propos, arrive un homme à chapeau ; il cherche quelque chose, soul réverbère (forcément, céla qu’y’a d’la lumière...) vous voyez l’topo...
Le type se cherche, se tâte, se penche, et tombe tombe le chapeau, danl caniveau, vous voyez la scène...
Le chapeau s’éloigne ; la tête nue dégouline ; elle allume une cigarette, qui s’humecte d’une infinie tristesse, voyez l’personnage...
On n’sait trop s’il pleure, puissqu’y pleut ; y’regarde son mégot/son chapot/l’canivot, le tout très humide, qui invite à la métaphore marine, voyez l’style...
Alors voyez l’genre, voyez l’tableau, voyez l’topo, voyez la scène, voyez l’personnage, voyez l’style : alors vous reste plus qu’à l’écrire vot’ petit roman, flottin flottan...

 

Sugarray

elle habitait Sugarray                 de l’autre côté de Mandorla River
au goût d’amande
elle habitait Sugarray                 son grand-père était boxeur
au goût d’amande

Sugarray
au goût d’amande
Sugarray